Rechercher
  • Aude Naturo

LA VÉRITÉ SUR NOTRE IMMUNITÉ ! (Partie 1)

Dernière mise à jour : mai 30



Depuis le début de l'épidémie, j'entends beaucoup d'informations concernant notre immunité : cela va de "booster notre système immunitaire est une ineptie" à "prenez telle ou telle vitamine pour booster efficacement votre système immunitaire". Entre les visions matérialiste ou commerciale de notre santé, j'ai le souhait de rétablir quelques bases très simples et pleines de bon sens.



PREMIÈRE GRANDE ERREUR :


Le premier sujet qu'il est important de revisiter est que l'on nous répète depuis des décennies que la maladie "s'attrape" par un microbe, un virus, une bactérie, un champignon… En bref, qu'elle est extérieure à nous et qu'elle va nous agresser. Mais, nous avons beau en être convaincu : c'est faux ! Penser cela, c'est raisonner à l'envers.


Même Pasteur, à qui nous devons pourtant la fameuse thèse microbienne « des agresseurs », s’est rendu compte de la fausseté de ses conclusions et ainsi de l’aberration de sa thèse. Il a déclaré durant ses derniers jours : « Le terrain est tout, le microbe n’est rien ».

Notre corps est composé de milliards de cellules et d'un nombre encore plus grand de virus et de bactéries. Et, ce sont nos cellules qui créent les virus et non pas les virus qui attaquent les cellules.


Je vous explique dans la suite de cet article pourquoi une telle affirmation puis, comment réellement prendre soin de votre système immunitaire.



D'OÙ VIENT RÉELLEMENT LA MALADIE ?


L'organisme humain est constitué à environ 70% de liquides. Ces liquides sont le sang, la lymphe et le sérum extra cellulaire. Ces liquides sont les moyens de transport des diverses substances dont ont besoin nos cellules (nutrition), et des déchets résultant de l’activité de ces mêmes cellules (élimination).

- Les éléments nutritifs sont obtenus à partir de la dégradation des aliments bruts au niveau de la dernière partie de l’intestin grêle.

- Les déchets sont repris par les liquides. Ces derniers s’épurent en passant par quatre grands filtres, appelés émonctoires. Ce sont les intestins (avec le foie et la vésicule biliaire), les reins, la peau et les poumons.


En général, les liquides équilibrent leurs transports entre l’aller et le retour. C’est l’état de santé. Mais, il peut se produire soit des excédents d’apport, soit des carences d’élimination. Dans ces deux cas (suralimentation ou insuffisance d'élimination), le résultat est sensiblement le même : il y a déséquilibre, c’est-à-dire surcharges.

Toutes les maladies viennent de là !! Elles sont le résultat d'un encrassement de nos liquides et de nos cellules.

Alors, quand nos cellules sont encrassées, elles n'auront de cesse de se désencrasser, de se détoxifier. Elles vont éliminer les déchets et résidus qui les surchargent, les empoisonnent, les asphyxient, les paralysent, les déconnectent les unes des autres... Ou bien, elles vont muter. Et, contrairement à ce que l'on croit, ce sont bien ces processus qui forment des microbes, des virus, des bactéries…

Ces déchets, vont être repris par les liquides et ces derniers s’épureront en passant par nos émonctoires. Et c’est ça, c’est cette élimination salvatrice que nous appelons généralement maladie. Si l’élimination se fait par les intestins, on l’appellera gastro, si elle se fait par les poumons (et muqueuses de la face, on l’appellera bronchite, rhume ou angine selon l’organe concerné…), si c’est par la peau, se sera un eczéma, etc… Peu importe le nom qu’on lui donne, c’est une manœuvre bienveillante d’élimination.

Ce processus de détoxification est immuable. Notre corps est infiniment sage et nous pouvons lui faire confiance : si nous le laissons faire, il suivra toujours la voie de l'équilibre et de l'auto-guérison (appelée aussi loi d'homéostasie).


Quand nous comprenons cela, nous comprenons que ce que nous appelons maladie n'est autre qu'un effort du corps pour s'auto-guérir.

Quand nous comprenons cela, nous comprenons aussi que la priorité est d’entretenir, restaurer, améliorer notre terrain en favorisant et accompagnant la détoxification.

Et, comme la maladie se manifeste uniquement sur un terrain surchargé. De même, nous serons sensibles au virus « créé par notre voisin surchargé » seulement si notre terrain est surchargé lui aussi ! Ce virus donnera l’information à nos cellules que nous devons nous détoxifier et l’élimination se mettra en place. Nous croyons habituellement que nous avons attrapé un virus mais là n’est pas la vraie cause : nous sommes encrassés et notre organisme a besoin de se purifier. En fait, le virus nous rend en quelques sortes service !



COMMENT FONCTIONNE NOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE ET COMMENT L'ACCOMPAGNER ?


Sachez que notre système immunitaire est une merveille ! Alors, si nous sommes en présence « du virus créé par notre voisin surchargé », il faudra que ce dernier franchisse plusieurs barrières de protections.

I- La première protection est assurée par l’intégrité de notre peau et de nos muqueuses :

A- La peau présente un certain degré d’acidité (pH=5) qui tue « l’élément indésirable » et ne lui laisse aucune chance de passer à l’intérieur.

>> Les exercices physiques amenant la sudation, les saunas, les frictions aux huiles essentielles (lavande par exemple) favorisent le pH acide de la peau.


B- Les muqueuses sont protégées par des sécrétions propres à chacune d’elles. Vous pouvez « tester » aisément l’état de vos muqueuses et ainsi vérifier leur intégrité (=absence de micro-lésions).


    1) La muqueuse respiratoire :

Pour tester cette muqueuse, quelques minutes de footing suffisent.

Tout crachat ou mucosité est signe de surcharge au niveau des voies respiratoires. Et, au niveau de toute muqueuse surchargée se situe toujours des « micro-lésions » fragilisant l’organisme.

>> Pour assainir la muqueuse respiratoire (poumons, nez, gorge, oreilles…), réduisez dans votre alimentation les céréales, le pain, le sucre et les produits laitiers. Activez votre foie en y y posant une bouillotte chaude et votre intestin. Pratiquez des exercices de respiration consciente comme la cohérence cardiaque. Vous en trouverez plein de variantes sur internet – 3 fois par jour, pendant 5 minutes.

     2) La muqueuse digestive :

Le test est, ici aussi, facile. On retrouve sur une journée le même nombre de selles que de repas. Cela indique une vitesse de transit normale. Vos selles doivent être moulées, non nauséabondes, homogènes et de couleur claire. Elles ne doivent être ni sèches, ni pâteuses.

Vous pouvez observer la vitesse de votre transit en réalisant une monodiète de betteraves : vos selles prendront une couleur rose caractéristique.

Tout ralentissement et bien-sûr toute constipation entraîne l’apparition de micro-lésions.

Il est bien connu de nos jours que 80% de notre immunité dépend de notre système digestif, c’est dire s’il est important d’en prendre soin !!!

>> Pour assainir votre muqueuse digestive, adoptez une alimentation que j’appelle santé : naturelle et équilibrée, qui contient des aliments complets, frais, bio et locaux donc riches en nutriments. Cette alimentation sera bien entendu à individualiser selon notre tempérament, notre constitution, nos besoins…


- Au quotidien, des légumes crus et cuits (dont vous augmentez la quantité) et des fruits. Avec, notamment, les fruits en dehors du repas, lors de la collation. Vous pouvez, si vous avez un extracteur de jus, vous faire de délicieux jus de légumes.

- Des huiles végétales de première pression à froid : huiles d’olive et de coco. Huiles de colza, de noix, de noisette, de lin, de bourrache, de chanvre et d’avocat pour vos crudités.

- Des céréales et légumineuses en petite quantité. Préférez le quinoa, la pomme de terre (au four, vapeur) et le riz. Ceux sont les plus digestes. Et, si vous voulez continuer à consommer des légumineuses sans vous encrasser, la solution est de les faire germer. Cela vous évite d’avoir à les cuire et donc de les transformer en sucres indigestes. C’est excellent au gout et pour la santé : on les appelle bombes nutritionnelles !!

- Du poisson et des œufs en quantité raisonnable.


>> N’oubliez pas que nous ne nourrissons pas que d’aliments mais aussi de belles pensées, de beaux échanges, du lien à la nature (soleil, paysage…), de beauté tout simplement…. La qualité de l’ambiance et du cadre de nos repas est essentielle. Respirons, prenons le temps de remercier, d’apprécier et de confier à notre corps ce dont il a besoin.

Vous pouvez pratiquer le jeûne régulièrement. Vous pouvez tester simplement le jeûne intermittent. En effet, chaque nuit, nous jeûnons tous. Et, c’est pour cela que le matin, nous "petit dé-jeûnons". Alors, décalez votre premier repas de la journée de quelques heures afin de laisser davantage de temps à votre corps pour éliminer, se réparer et se recharger. C’est un processus que le corps connait parfaitement.

Il vous faudra être vigilent à ne pas consommer de produits transformés, tous préparés, bourrés de produits chimiques, d’additifs ou de pesticides. Et, s’il y a un produit particulier auquel vous êtes addict, demandez-vous quel manque il vient combler et essayez d’y remédier différemment. A vous de trouver votre équilibre entre la consommation excessive et la frustration car la frustration est pourvoyeuse de stress et affaibli le système immunitaire tout aussi surement.

Il est judicieux d’accompagner le travail de la muqueuse intestinale. Afin de maintenir le péristaltisme intestinal trop souvent absent (constipation), les douches rectales font merveilles – à pratiquer matin et soir. Elles se trouvent dans certains magasins bio ou en pharmacie.

3) La muqueuse uro-génitale : nous ne détaillerons pas ici car elle n’a pas d’intérêt dans le cas du coronavirus.

II- Une fois la barrière cutanée ou l’une des 3 muqueuses franchie, le virus va se trouver face à 3 systèmes consécutifs de défense.

A- 1ère défense :

Une vague de leucocytes (globules blancs) attaque le virus et le dévore littéralement d’où leur nom de phagocytes. L’inflammation est l’effet de cette lutte.

Une invasion sans fièvre et sans inflammation indique que les défenses leucocytaires ne jouent pas leur rôle.

Ces leucocytes sont fabriqués par les ganglions, la rate et la moelle. Ils se trouvent dans le sang. >> Pour stimuler la présence et l’activité des leucocytes, il faudra mobiliser la masse sanguine. C’est ce qui se fait naturellement en cas d’inflammation et de fièvre lorsque le terrain est sain. Vous pouvez le faire « artificiellement » en prenant des bains hyperthermiques. Vous commencez votre bain à 37° puis, vous le portez progressivement à 39/40° – 20 min, 1 fois par jour – c’est encore plus efficace avec un bain Salmanoff. A commander sur le site de Valémis. Si vous ne disposez pas de baignoire, vous pouvez pratiquer des enveloppements très chauds autour de la poitrine avec une serviette éponge par-dessus – séances de 20 min, 2 fois par jour. Vous pouvez imbiber ces cataplasmes dans une infusion de gingembre râpé. Il vous faudra changer par 2 fois les enveloppements pendant la séance afin de maintenir une température assez chaude.

B- 2ème défense :

La seconde vague est assurée par les histiocytes, venus du tissu conjonctif. Ce sont les « éboueurs ». Ils achèvent le virus qui a résisté au combat, le dévorent ainsi que les cadavres de leucocytes.

>> Pour stimuler la production d’histiocytes, il faudra « essorer » régulièrement le tissu conjonctif. Cela se fait avec le jeûne sec – 1 jour sans manger ni boire.

C- 3ème défense :

Cette dernière vague est représentée par les anticorps. On les retrouve dans le sang des sujets dont le terrain est très sain, en dehors de tout contact avec un antigène. Ils sont stockés dans le tissu musculaire. Les anticorps se fixent sur le virus et le neutralisent. Ils secrètent même des anti-toxines.

La vaccination repose sur cette création d’anticorps à la suite de l’introduction dans l’organisme d’antigènes (microbes atténués ou morts, toxines microbiennes). Cependant, les individus très sains disposent naturellement d’anticorps sans user de vaccins.

>> Pour favoriser leur présence, la pratique de sport est essentielle.



J'espère de tout cœur que ces explications simples vous donneront envie de faire vos propres expériences de santé ! C'est ainsi que vous vérifierez mes propos et que vous gagnerez en confiance vis-à-vis de votre corps et de votre santé.

Et, si vous souhaitez en savoir plus sur le fonctionnement de notre immunité, consultez la suite de cet article : CORONAVIRUS : LA VÉRITÉ SUR NOTRE IMMUNITÉ (Partie 2)

A votre service ,


Aude Meesemaecker

Naturopathe,

Infirmière,

Thérapie Quinton

Vous trouverez quelques références pour étayer mon propos : des documents qui m’ont interpellée, fait réfléchir et me positionner. Si peu que vous cherchiez, vous en trouverez plein d’autres !


Immunité et intestins :

- Article du Professeur Henri Joyeux, chirurgien et cancérologue, montpelliérain, bien connu pour son alerte quant aux vaccins.

- Article de Marion Kaplan, bio-nutritionniste, spécialisée en médecines énergétiques, naturopathe, créatrice du Vitaliseur de Marion, auteur de nombreux livres sur l'alimentation.


Immunité et jeûne :

- Vidéo du Dr. Françoise Wilhelmi de Toledo, Médecin nutritionniste et co-directrice des cliniques de jeûne Buchinger à Überlingen (Allemagne) et Marbella (Espagne).


Immunité et physiologie :

- Livret de Pierre Valentin Marchesseau, fondateur de la Naturopathie en France : "Faut-il vacciner?"


204 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout